La boîte à thé

Nous parlons du thé, de recettes, de lectures, de voyages et d'entreprenariat

10 article dans la catégorie "Autour du thé"

Li(thé)rature du mois de Novembre

Une fois par mois, nous vous proposerons un livre et un thé à déguster.

livre-the-tsurprise.jpg

Aujourd'hui, nous vous avons déniché un livre de Patrice Godin; vous avez pu apprécié ces talents d'acteur dans les séries télévisées : Le 7e Round, Destinées, La Marraine, ainsi que dans Blue Moon. Il vient de publier son premier roman : "Boxer la nuit".

boxer-la-nuit-patrice-godin.jpg

L'histoire se passe sur une plage de Port Savage dans le Maine, 2 personnages se rencontrent : Nick, un boxeur usé, brisé par la vie et Isabelle, une femme blessée qui traverse une période de remise en question. En l'espace de quelques jours, ces deux êtres que tout sépare réapprendront à vivre et à aimer.

Pour vous donner l'eau à la bouche, voici une petit extrait: " Il y a trois jours à peine, ils ne se connaissaient pas. Ils ne s'étaient même jamais vus. Ils étaient de parfaits inconnus l'un pour l'autre et les probabilités qu'ils se croisent, que leurs vies entrent en contact un jour, étaient infimes, quasiment nulles. Dans l'absolu. Et pourtant."

Dévorez ce livre, avec une délicieuse tasse de thé de thé de Earl Grey de Marie-Antoinette de Comuno-t. Cette réunion de deux grands classiques ayant marqué l'histoire déploie son intense bouquet aromatique de jasmin et de bergamote, réhausse le doux parfum de la rose.

Earl Grey Marie-Antoinette

Ce livre a été édité par notre partenaire : Le Groupe Livre Québécor Média

Pour participer au concours, veuillez vous inscrire à notre lettre d'information, la fin du concours est le dimanche 13 novembre :

#mc_embed_signup{background:#fff; clear:left; font:14px Helvetica,Arial,sans-serif; }
/* Add your own MailChimp form style overrides in your site stylesheet or in this style block.
   We recommend moving this block and the preceding CSS link to the HEAD of your HTML file. */

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

* indicates required
Email Address *
First Name
Last Name
<div class="clear">
    <div class="response"></div>
    <div class="response"></div>
<div></div>
<div class="clear"></div>
</div>


(function($) {window.fnames = new Array(); window.ftypes = new Array();fnames[0]='EMAIL';ftypes[0]='email';fnames[1]='FNAME';ftypes[1]='text';fnames[2]='LNAME';ftypes[2]='text';}(jQuery));var $mcj = jQuery.noConflict(true);

Well measured out are tea

bien-doser-the.jpg

Preparing the perfect Tea Cup is an art! Yes, many teas are easy to approach. Teas with fruit, for example, are infused in boiling water and may rarely become too bitter if you forget a few extra minutes or if you calculate a bit more than the quantity.
However, such is not the case of all types of teas. The "beginners" of the tea do not always think of it, saying that a cup of tea will enjoy the tea no matter what they will make. However, certain gestures and certain habits sometimes mean that the tea will not develop all its aromas … Alternatively, on the contrary, some subtle perfumes are ruined by water which is too hot, or that the taste is made bitter by too high concentration of tea. You need to know to find the perfect balance! And for this, we must first learn how to measure out its tea.

At a rough guess:

For a standard size teapot (about 350 ml), there is a general rule used to get decent tea: you have to calculate 1 TSP per person, for an extra teaspoon, ‘’for the teapot’’. More specifically, the generic specialists assess that a quantity of 2 to 2.5 grams (thus, a teaspoon) per cup of 100 ml is a good bet to hold.
Of course, this is not a fixed rule: types of teas require different amounts in itself (you will often find the specific indications on the box or bag) and each has its preferences - some like their tea more full-bodied, for example, and which would prevent them from adding a spoon of tea to their mixture? Not us, in any case!

Temps d’infusion du thé

the-temperature.jpg

Dans les pays occidentaux, les Anglais sont perçus comme étant la nation du thé. Ils en sont férus, c’est un stéréotype persistant – et, contrairement à bien d’autres stéréotypes, c’en est un qui est entièrement assumé et apprécié des êtres visés. Cependant, des recherches effectuées pour la semaine de la science britannique ont révélé, en 2015, que seulement 16 % des Anglais infusaient leur thé correctement. Plus de 80 % de la population était donc jugés trop impatients!
Le résultat : leur tasse de thé bien aimée n’atteignait jamais son plein potentiel.

Qu’en est-il de la vôtre?

Selon le British Standard Institute, afin de pouvoir dégager tout son bouquet de saveurs, un thé devrait infuser entre 2 et 5 minutes. Mais cette marge, si elle doit généralement être perçue comme un minimum, n’est pas un chiffre exact. Les thés les plus délicats nécessiteront souvent une température plus basse et, en contrepartie, un temps d’infusion plus long. Un processus tout en douceur et longueur… Le thé vert, au contraire, est associé avec un temps d’infusion beaucoup plus court.

D’autres thés demanderont des températures élevées et de longues infusions. Les thés aux fruits peuvent prendre entre 6 et 8 minutes avant d’aromatiser entièrement votre eau; les thés rooibos, quant à eux, entre 4 et 10 minutes. Certains thés pourront infuser votre théière durant d’encore plus longues périodes sans devenir amers. Heureusement, bien des thés s’accompagnent d’étiquettes et d’instructions précises quant à leur mode de préparation idéal.

Si vous êtes pressé, mais que vous ne voulez pas vous passer de votre tasse de thé, il y a toujours moyen de moyenner : augmentez la quantité de thé et réduisez le temps d’infusion pour compenser. Ça vous permettra d’avoir un breuvage chaud et plein de saveurs rapidement, l’amertume en moins.

Température de l’eau pour votre thé!

preparation-du-the.jpg

Pour préparer du thé, il faut faire bouillir de l’eau et utiliser cette eau pour infuser le thé. C’est l’évidence même, non?

Oui… seulement, pas toujours. Une bouilloire traditionnelle amènera votre eau à ébullition, et c’est parfait. Enfin : c’est parfait, mais seulement pour quelques types précis de thé et tisanes. Car à 100 degrés Celsius (la température de l’eau qui bout), plusieurs thés plus délicats perdent leur saveur. Réservez donc l’eau bouillante pour les thés noirs, les thés aux fruits et les thés rooibos!

Pour les autres thés, utilisez de l’eau chauffée aux températures suivantes afin de mieux développer leurs arômes subtils :

Thé blanc :

Probablement le thé le plus fin et délicat, le thé blanc requiert par conséquent une infusion plus « douce ». La température de votre eau oscillera donc de préférence entre 75-80 degrés.

Thé vert :

Les sortes de thés verts diffèrent tant – et leurs températures d’infusion aussi! Le thé gyokuro nécessite les températures les moins élevées, entre 60 et 70 degrés, suivis du sencha, qui relâchera le mieux ses arômes entre 65 et 75 degrés. Quant au Genmaicha et au macha, ceux-ci bénéficieront le plus d’une eau chauffée à 88 degrés (voire un peu plus refroidie pour le genmaicha).

Thé oolong :

Peu importe la méthode d’infusion que vous favorisez pour le oolong, la température de votre eau devrait tourner autour de 88 degrés.
En général, plus votre thé est de haute qualité, plus il nécessitera une température basse. Question de produire la meilleure tasse de thé possible – un peu comme cuire un rôti à basse température, avec amour et patience! Quoi qu’il en soit, utiliser la bonne température d’eau lors de l’infusion de votre thé rehausse le goût de vos infusions. À essayer et adopter!

Chasen Hubo japonais

À vue d’œil, il ressemble à un de ses masseurs de tête – ceux qui sont composés d’une poigne ferme et de branches fines glissant sur le cuir chevelu. Seulement, le chasen kubo est fait de bambou et ses « branches » sont plates. À mi-chemin entre un tout petit râteau et un fouet de cuisine, qui se douterait qu’il s’agit au Japon d’un ustensile à thé?

Chasen Hubo japonais

UTILISER UN CHASEN KUBO

À voir son air naturel et artisanal, on comprend bien que le chasen kubo n’est pas un gadget récent, mais bien un instrument on ne peut plus traditionnel. Son utilité? Le chasen kubo a une fonction dédiée : celle de fouetter le matcha. Le mouvement du poignet est essentiel. En effet, c’est grâce à un rapide mouvement du poignet que la poudre de thé vert est agitée dans une petite quantité d’eau. La dextérité de la main derrière le chasen kubo permet d’obtenir une émulsion fine, digne des cérémonies de thé japonaises.

TRAVAIL ARTISANAL

L’aspect du chasen kubo est si simple qu’on soupçonne difficilement l’art et l’artisanat d’y jouer un rôle très important. Et pourtant, depuis plus de 25 générations, les chasen de type Kubo sont fabriqués à la main, à même le bambou local du nord de Tokyo. Pour arriver au résultat final, un seul bout de bambou est utilisé, sculpté et creusé. Pas d’assemblage, pas de collage : si un artisan a la main qui glisse, il lui faudra recommencer à même un autre bambou.
Le procédé général est mécanique, une habitude qui permet à chaque artisan d’en construire autour de 5 par jour : sécher le bambou, puis le gratter, puis le fendre, pour enfin enrouler ses lamelles autour d’un fil, lui donnant sa forme recourbée. Les gestes restent les mêmes – assurés, confiants, patients. Et pourtant, chaque chasen kubo est unique.

Ceramic, porcelain, glass, chocolate: what materials to choose for a teapot?

Ceramics:

We talked clay work when we explained the history of teapots in other notes. Ceramic is the "everyday" material, as well as the oldest material, the first Yixing teapots were fashioned from clay. Ceramics can be glazed (it often is today) or unglazed. The famous Yixing teapot style is an unglazed ceramic teapot: tea flavors are so impregnated into the material to each infusion, making each more a flavorful cup of tea with use. However, it was necessary to limit the teapot to a single type of tea. Because if you want to accumulate the delicate flavors of white tea, infusing black tea afterwards will destroy the good work in overlooking the flavors!

Porcelain:

Luxurious material of choice (even today, the blue and white Chinese porcelain is a symbol of elegance), porcelain became the popular choice in Europe, because only the upper class could afford tea - and wanted to use the finest and best worked materials.

Glass:

Glass teapots transform the infusion of fragrant teas in real spectacle! Through the transparent walls, you will see your green tea leaves swell or shrink, view the colors of your tea with strawberries change to red, see your tea flower slowly develop its flavors ... And if you have tea in bloom Besides, a glass teapot is the perfect container to make iced tea!

The downside: the glass becomes very hot. Be careful not to burn yourself!

Chocolate:

A chocolate teapot? The concept was not invented to enhance the chocolate teas, but rather to become a metaphor of the useless object. The logic here: a chocolate teapot could not be used, since it would melt when this would be added to boiling water. Experiments conducted in 2001 proved this impossibility; seven years later, other scientists proved the opposite - if the thickness of the teapot is over 1 cm. Or to keep iced tea, of course.

The teapot in all its forms and seams

Teapot

Issues to be resolved

Firstly, you must understand your teapot needs in order to select the right format. Volume: how much tea can you infuse? Use: for decoration or for use? Decorative teapots have uneven reliefs and therefore could result to an "unequal" tea because some water areas were less warm than others ... You will also want to find a balance in your teapot. That the lid, the handle and the spout should have a kind of aesthetic alignment - but also the aesthetic should balance utility and an increased "perfectionism". For example: pay attention to the spout of the teapot. If it is not higher than the cover, the damage will increase when transporting from the kitchen to your living room. And it will be better if the spout is sharp and narrow, so as not to drip everywhere!

Slender and long or short and plumped?

The shape of the teapot corresponds to an aesthetic preference, yes, but that's not all! Be it that your teapot is extended or elongated, there is a whole art of space. We are not talking here about Feng Shui: we are talking about tea, infusion and flavors to develop. For the tea leaves do not all have the same shape. Therefore, it would be wrong to believe that one form of teapot will correspond to all types of tea!

The tall and slender teapots produce the best results for most green and white teas, and for Taiwan oolong tea and Pu er tea. "Small pumps" meanwhile, make wonderful black teas, as well as less common teas in the West but very loved by experts, such as Tie Guan Yin tea, Da Hong Pao Tea or Phoenix Tea.

The differences between high and wide are very important since you want to give your tea room to expand. Now these differences affect another area, that of the temperature of your water. Normally, a teapot that is wider than taller will lose heat faster than a taller teapot. It could be that you had to compensate by choosing a teapot with thicker walls.

Une théière comme drapeau culturel : théières et nations

Théière

À chaque pays sa tradition de thé – et à chaque pays sa théière! Que les différences esthétiques et fonctionnelles des théières changent de pays en pays est dû à plusieurs facteurs. On pense à une histoire différente, à une préférence culturelle, à un type de thé – ou de rituel de thé – qui s’adapte au territoire dont il est question.

Japon :

Examiner les théières de différentes cultures a un avantage sympa : on finit immanquablement par trouver des formes ou des effets visuels surprenants. Le kyusu japonais est surtout utilisé pour infuser le thé vert. Sa petite taille et son matériau léger permettent de garder juste assez de chaleur dans la théière… mais pas trop, pour ne pas « cuire » votre thé! On les reconnait surtout à leur drôle d’allure, avec leur poignée en extra qui extrude de leur côté.

Corée du Sud :

Le matériau commun des théières coréennes est la céramique, sa couleur totem, le blanc. Bien que vous retrouviez en Corée différentes formes de théières, celle qui est le plus souvent associée au pays ne paie presque pas de mine aux premiers abords. Dans ses lignes simples, la théière blanche coréenne ressemble à une tasse à café muni d’un couvercle. Les vendeurs ont tourné cet objet épuré en véritable pancarte touristique, y ajoutant gaiement des imprimés de drapeaux ou de citations et slogans populaires.

Népal :

La théière typique du Népal est facile à reconnaitre une fois que vous faites connaissance avec ses traits les plus saillants. De bronze ou de cuivre, les théières les plus remarquables du Népal portent une teinte voyante de turquoise et de rouge corail. Qu’il y ait de l’or incrusté ou pas, cette théière est si époustouflante qu’on l’imagine très bien rehausser la décoration d’une pièce par sa seule présence.

La toute première théière, ou : remonter le fleuve du thé et de ses contenants

Théière

Une naissance tardive

Puisque l’histoire du thé est plusieurs fois millénaire, on pourrait s’imaginer que celle de la théière est tout aussi lointaine, remontant à l’époque avant notre ère. Or, ce n’est pas le cas : la théière a fait ses premières apparitions il y a plusieurs siècles, certes, mais pas de millénaire complet. C’est en fouillant dans les textes reliés à la dynastie Yuan (13e-14e siècle) qu’on retrouve les premières mentions d’une théière. Auparavant, la dynastie Tang faisait bouillir du thé moulu dans un chaudron, le versant ensuite dans des bols. La dynastie Song, quant à elle, mettait le thé moulu direct dans les bols à service et y versait l’eau bouillante. Ça vous rappelle un peu les gestes du café soluble?
C’est donc avec la dynastie Yuan que nait la théière, vaguement inspirée des cruches à vin de l’époque, et c’est donc à cette période que nait cette tradition précise d’infusion. Car un thé aromatisé révèle beaucoup mieux ses saveurs dans une théière! Une fois apparue, la théière n’a jamais perdu sa pertinence. Dès la dynastie suivante, la théière était un objet commun, populaire et apprécié. Ainsi, si le bol (et donc le gaiwan) fit d’abord leur apparition, une fois que la théière entra en scène, elle ne sortit jamais des projecteurs.

Une théière historique : la théière yixing

La première théière officiellement reconnue passe sous le nom de « yixing ». Sa couleur attrape tout de suite le regard : la théière yixing est faite d’argile rouge ou violette. Au fil du temps, les artistes et potiers se mirent à peindre ces théières, les rendant toujours plus agréables à l’œil et leur attribuant ainsi non pas qu’une fonction utile, mais aussi décorative. Plusieurs y incrustèrent aussi de l’argent et de l’or : la théière yixing devint du coup aussi un objet d’admiration et de convoitise.

La reine du service de thé : zoom sur la théière

Théière

Petite histoire du développement de nos théières

Les premières théières virent le jour en Chine, sous la dynastie Yuan. Avant cette ère, on s’en passait. Sans la théière, on faisait bouillir l’eau et on la versait dans un bol – le thé était ajouté sous directement dans le chaudron ou dans le bol, et chaque solution partielle comportait ses inconvénients. Les Yuan ont adapté les récipients à vin pour faciliter la préparation du thé et, à la dynastie suivante, les théières étaient un accessoire universel et bien-aimé. La plus ancienne théière conservée date de 1513 – elle est exposée au musée Flagstaff de Hong Kong, plus précisément dans sa section « Musée des Accessoires à Thé ». Nous savons : vous brûlez d’envie d’y aller!

À l’époque, les théières étaient très petites – leur fonction était alors d’infuser du thé pour une portion individuelle, quitte à répéter les étapes d’infusion à répétition. On dit que les buveurs de thé orientaux buvaient à même le bec. Les théières sont rarement si petites à notre époque, leur rôle étant de garder le thé chaud (ce qui fonctionne mieux lorsque le volume est plus élevé). De plus, considérant la fonction sociale du thé – le tea time ou bien la cérémonie japonaise du thé – on ne s’étonnera pas qu’un contenant d’infusion plus spacieux soit privilégié, afin que le thé puisse être partagé plutôt que seulement préparé pour une personne.

L’esthétique d’une théière

La forme de la théière est devenue un symbole en soi. Elle varie amplement – s’allongeant ou se boursouflant au goût –, mais, peu importe les variations, elle reste reconnaissable par son bec fin et courbé, son anse et son couvercle. Les matériaux de théières varient aussi. Lorsque le thé a pris de l’importance en Europe, c’était une théière de porcelaine qui lui était associée, car le thé était un luxe, et la porcelaine importée symbolisait ce luxe. Aujourd’hui encore, la porcelaine est un matériau de choix, de même que la céramique et l’argent. Le verre est aussi un matériau génial, surtout lorsque vous infusez du thé en fleur ou du thé coloré (thé aux framboises, thé à la menthe, thé aux bleuets, etc.)

Suivez-nous — Inscrivez-vous à notre infolettre pour faire le plein d'exclusivités.

Une réalisation e-commerce de yafoy